Sélectionner une page
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

ATMO

Selon ses statuts, Atmo Normandie a pour ambition de participer aux politiques publiques en matière de qualité de l’air et plus généralement aux problématiques intégrées de l’air (y compris l’air à l’intérieur des locaux), du climat et de l’énergie.

Organigrame : http://www.asl-rouen.fr/wp-content/uploads/2019/11/organigramme-Atmo-Normandie-Membres.pdf

Incendie de Lubrizol à Rouen. Pourquoi Atmo Normandie ne diffuse plus l’indice de qualité de l’air ?

http://www.asl-rouen.fr/wp-content/uploads/2019/11/atmo-qualite-air.mp3

Budget :

COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE PLAIDOYER COLLECTIVITÉS

Directeur /trices :  Hélène Devillers (Atmo Hauts-de-France) Véronique Delmas (Atmo Normandie)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La gestion des situations incidentelles ou accidentelles    PDF

À la suite de la parution de l’instruction gouvernementale du 12 août 2014, Atmo Normandie, Atmo Auvergne – Rhône Alpes et Atmo Sud se sont portées volontaires en lien avec la Fédération Atmo France pour travailler sur une meilleure implication des AASQA dans la gestion des situations incidentelles ou accidentelles, concernant les établissements industriels mettant en oeuvre des substances dangereuses et susceptibles d’engendrer des émissions accidentelles à l’extérieur du site. Ce travail d’amélioration des outils existants implique des industriels, le ministère de la Transition écologique et solidaire, ainsi que des Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

Les AASQA pilotes ont travaillé à recenser des solutions de prélèvement et d’analyse disponibles pour les substances ciblées par l’instruction en vue d’aider les industriels à se doter des capacités de mesure ad hoc demandées par l’instruction.

Ce travail a été compilé dans un tableau conformément à l’avis ministériel du 09 novembre 2017.

Le 21 janvier 2013 s’est produit, au sein de l’usine chimique de la société Lubrizol de Rouen, un accident dû à la décomposition non maîtrisée de produits chimiques. Cet accident a occasionné, pendant deux jours, une émission importante de mercaptans, gaz soufrés extrêmement malodorants. Sans occasionner d’effets notables sur la santé, ces émissions gazeuses, qui ont été perçues jusque dans la région parisienne et dans le sud de l’Angleterre, ont causé d’importants désagréments à la population, entraînant la saturation des standards des services d’urgence et provoquant un impact médiatique. A cette occasion, il est apparu que des améliorations étaient possibles en matière d’alerte, d’information et dans la gestion de situation incidentelle ou accidentelle, notamment, dans les domaines de l’expertise de l’incident ou de l’accident lui-même, de ses éventuelles conséquences et des mesures des substances potentiellement émises dans l’air environnant. PDF

 

 

Pour porter plainteVue d'ensembleActualité PollutionsTémoignagesRevue de presse